mercredi 20 février 2013


Présence d’amiante friable à l’Institut

Comme vous l’avez sûrement déjà appris, le secteur des loisirs est fermé depuis le 14 février dernier. Des matériaux comportant de l’amiante s’effritaient. Donc, il y avait présence d’amiante friable ce qui représente un risque.

Bien qu’une affiche interdise l’accès, il semble que certains travailleurs ont circulé dans le secteur. Nous vous demandons de ne pas aller dans le secteur sauf si vous avez l’autorisation du bureau de santé. La représentante du bureau de santé nous confirme d’ailleurs que le secteur est cadenassé pour assurer que personne ne circule sans autorisation dans le secteur. Selon nos informations, le secteur sera fermé au moins jusqu’au lundi 4 mars.

Pour ce qui est de la décontamination de l’amiante, nous estimons que l’employeur fait tout selon les règles. Nous savons que l’employeur suit leur plan de gestion de l’amiante, création du Groupe Gesfor Poirier, Pinchin Inc. (firme spécialisée qui offre des services d'ingénierie, de gestion de projets, de consultation et de formation).

Pour l’instant, le rapport d’échantillonnage conclut que le taux d’amiante présent dans l’air est en dessous du taux de concentration limite. Toutefois, le système de ventilation étant coupé, cela implique que l’échangeur d’air ne fonctionne pas. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas rester plus que 15 minutes dans le secteur pour ceux qui ont l’autorisation.

Nous avons communiqué avec la CSST pour avoir de l’information, mais aucune plainte n’a été déposée, car l’application du plan de gestion de l’amiante nous semble conforme. Nous voulons d’ailleurs souligner la bonne gestion de l’employeur dans ce dossier.

Pour les travailleurs qui sont inquiets, nous vous invitons à consulter votre médecin de famille et à visiter votre CLSC le plus proche pour vous renseigner sur les tests de dépistage disponible.

Nous travaillons avec le bureau de santé dans le dossier et nous vous tiendrons au courant des développements à ce niveau.


Expression de la disponibilité

Nous vous rappelons que l’expression de votre disponibilité doit être une expression réelle et non une expression souhaitée.

Nous comprenons que certains d’entre vous veulent être disponible le plus souvent possible pour avoir la possibilité de mieux choisir vos jours de travail. Malheureusement, offrir votre disponibilité ainsi vous expose à des sanctions. Lorsque vous refusez trop de quarts de travail ou lorsque vous ne répondez pas aux appels de l’employeur, vous vous exposez à des mesures disciplinaires.

Bien entendu, ces mesures doivent aller en gradation. Vous devriez premièrement avoir une lettre au dossier vous demandant de rectifier la situation. Par contre, si vous ne réajuster pas votre fonctionnement, les mesures peuvent aller à des jours de suspension ou même le congédiement. Soyez vigilant.


Gestion des congés fériés et mobiles

Comme vous avez sûrement déjà remarqué, l’employeur s’est doté dernièrement d’une nouvelle politique de gestion des congés prévus à la convention collective.

Nous pouvons comprendre que l’employeur veut que les gens placent leur congé à l’avance pour pouvoir faire une meilleure gestion. Nous comprenons aussi que si les personnes qui connaissent leur besoin avant que la période soit conçue est aidant. Par contre selon nous, rien n’empêche un travailleur de demander un congé une fois l’horaire débutée.

On est tous conscient que plus tôt nous demandons un congé, plus nous avons de chance qu’il soit accepté. Mais dans la vie il peut y avoir des imprévus et il se peut que le délai pour une demande de congé soit plus court.

Rien dans la convention collective ne vient dire que nos congés ne peuvent être acceptés lors d’une période en cours. En agissant ainsi (refuser des congés dans une période en cours) l’employeur nous brime d’un droit. Bref, nous brimer d’un droit pour régler un problème qu’ils ont créé. Une belle philosophie de gestion…

C’est pourquoi que nous vous demandons de nous faire savoir tout refus de congé qui est en lien avec cette politique de gestion.

Merci à vous
Yanick Ducharme
Agent de griefs


Certains titres d’emploi passent à la caisse!

Tout un début d’année en effet! D'une part, il y a eu la hausse de 0,5 %, résultant de la clause du PIB nominal de notre convention collective en fin d’année 2012, qui s’adressait à l’ensemble des périsoignantes et périsoignants du réseau de la santé et des services sociaux.

De plus, une entente est intervenue entre la commission de l’équité salariale et les parties syndicales pour certains titres d’emploi, en voici quelques exemples. Pour le titre d'emploi de secrétaire médicale, l'échelle salariale a été haussée de 3 %, et ce, rétroactivement au 31 décembre 2011. Pour le titre d'emploi de préposé à la buanderie, il y a une hausse de 6 %. Les archivistes médicales eux, obtiendront un redressement de 4,84 % rétroactivement au 30 juin 2008. D’autres titres d’emploi auront aussi des augmentations mais aucun de ceux-là ne sont à Pinel.

Les discussions se poursuivent également concernant les ouvriers spécialisés.

Merci à toutes les personnes qui de près ou de loin ont contribué à l’aboutissement de ces ententes.

Extrait d’un texte de Michel Jolin
Secrétaire général du CPAS

mercredi 13 février 2013


Le droit à nos congés

L’employeur nous a envoyé une nouvelle politique pour la gestion des horaires. Selon ce calendrier de gestion des horaires de travail 2013-1014, nous devons soumettre nos demandes de journée fériée jusqu’à 8 semaines à l’avance.

La responsable des horaires nous confirme que cette manœuvre est pour rappeler au gestionnaire qu'il faut planifier à l'avance les congés pour une bonne organisation de la main d'œuvre.

Nous sommes en accord avec la planification des horaires. Par contre, nous croyons que tout congé peut être demandé par mémo, et ce, en tout temps. Vous êtes en droit de recevoir une réponse écrite (pour un refus ou une acceptation). Si cette réponse ne vous satisfait pas, je vous invite à communiquer avec nous (par courriel, téléphone, ou encore mieux en personne). Nous vous informerons de vos droits en tant que travailleur (parce que l'employeur lui, se charge constamment de vous rappeler vos devoirs).

Mauvaise foi

Nous savons que l’employeur a refusé des congés fériés, car la demande avait été faite après la confection des horaires.

Ceci est un manque de vision de l’employeur. Ces journées fériées qu’on utilise pour rester avec nos enfants malades, pour un rendez-vous médical vont quand même être pris en maladie, en motif personnel/parental ou en sans solde. Ceci ne règle en rien la responsabilité de notre employeur de nous remplacer.

D’ailleurs, qui est capable de planifier 8 semaines à l’avance les tracas de la vie quotidienne (enfant malade, mortalité, rendez-vous personnel…)? Cette rigidité est reçue comme une manière déshumanisée de traiter ses employés.

Nous qui travaillons :
-          une fin de semaine sur deux;
-          de jour, de soir et de nuit;
-          à Noël, au Jour de l’An, à la St-Valentin, à la St-Jean et à notre anniversaire;
-          avec une clientèle difficile, irritante, agressante et quelques fois violente

Selon nous, c’est une démonstration flagrante de mauvaise foi. Nous avons droit à nos journées de congé férié à moins d’un motif majeur avec pièce justificative. Encore une fois, c’est nous qui payons. Nous n’avons pas droit à nos congés, car nos gestionnaires veulent se simplifier la vie. Bref, nous brimer d’un droit pour régler un problème qu’ils ont créé. Une belle philosophie de gestion…