mercredi 13 février 2013


Le droit à nos congés

L’employeur nous a envoyé une nouvelle politique pour la gestion des horaires. Selon ce calendrier de gestion des horaires de travail 2013-1014, nous devons soumettre nos demandes de journée fériée jusqu’à 8 semaines à l’avance.

La responsable des horaires nous confirme que cette manœuvre est pour rappeler au gestionnaire qu'il faut planifier à l'avance les congés pour une bonne organisation de la main d'œuvre.

Nous sommes en accord avec la planification des horaires. Par contre, nous croyons que tout congé peut être demandé par mémo, et ce, en tout temps. Vous êtes en droit de recevoir une réponse écrite (pour un refus ou une acceptation). Si cette réponse ne vous satisfait pas, je vous invite à communiquer avec nous (par courriel, téléphone, ou encore mieux en personne). Nous vous informerons de vos droits en tant que travailleur (parce que l'employeur lui, se charge constamment de vous rappeler vos devoirs).

Mauvaise foi

Nous savons que l’employeur a refusé des congés fériés, car la demande avait été faite après la confection des horaires.

Ceci est un manque de vision de l’employeur. Ces journées fériées qu’on utilise pour rester avec nos enfants malades, pour un rendez-vous médical vont quand même être pris en maladie, en motif personnel/parental ou en sans solde. Ceci ne règle en rien la responsabilité de notre employeur de nous remplacer.

D’ailleurs, qui est capable de planifier 8 semaines à l’avance les tracas de la vie quotidienne (enfant malade, mortalité, rendez-vous personnel…)? Cette rigidité est reçue comme une manière déshumanisée de traiter ses employés.

Nous qui travaillons :
-          une fin de semaine sur deux;
-          de jour, de soir et de nuit;
-          à Noël, au Jour de l’An, à la St-Valentin, à la St-Jean et à notre anniversaire;
-          avec une clientèle difficile, irritante, agressante et quelques fois violente

Selon nous, c’est une démonstration flagrante de mauvaise foi. Nous avons droit à nos journées de congé férié à moins d’un motif majeur avec pièce justificative. Encore une fois, c’est nous qui payons. Nous n’avons pas droit à nos congés, car nos gestionnaires veulent se simplifier la vie. Bref, nous brimer d’un droit pour régler un problème qu’ils ont créé. Une belle philosophie de gestion…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire