vendredi 1 mars 2013


Prise en charge

À la sortie de la rencontre avec la CSST, nous avons réalisé qu’il y avait 3 véhicules du SPVM dans l’entrée de l’Institut.

Après quelques minutes, nous avons appris qu’un patient était désorganisé dans le secteur de la postcure, qu’il s’était blessé au niveau de la tête, qu’il y avait beaucoup de sang et qu’il avait aussi réussi à blesser plusieurs gardes présents.

Quelques gardes blessés lors de l’intervention ont quitté leur travail sans être raccompagnés et sans être bien pris en charge par les gestionnaires présents.

La situation a rapidement été critiquée à la responsable du bureau de santé pendant que celle-ci discutait avec les inspecteurs de la CSST.

Une fois la situation terminée, d’autres gardes blessés se sont vu être relocalisé à la fouille, car plusieurs patients attendaient pour réintégrer l’unité.

Nous trouvons inconcevable que des employés blessés n’aient pas un moment d’arrêt suite à une agression physique. Plusieurs de ces gardes ont finalement quitté leur travail.

La plupart n’avaient pas rempli de rapport d’accident de travail et l’ont finalement fait à cause de l’intervention du syndicat. Un des employés a été accompagné au bureau de santé par un membre de l’exécutif syndical. Certains coordonnateurs auraient dit qu’ils  n’avaient pas le temps de remplir le rapport d’accident avec le travailleur. Nous déplorons cette situation.

Nous voulons rappeler à l’employeur qu’il est de sa responsabilité de bien accompagner les travailleurs qui ont subi des agressions, d’avoir une prise en charge efficiente et de s’assurer qu’ils ont un suivi adéquat. Qu’il doit tout faire pour aider le personnel sur les postes de travail.

Au fond, laissez-moi me répéter :
 L’employeur est soumis à l’article 51 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail qui stipule que :
« L'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique du travailleur ».

Je vous rappelle aussi 3 des dérogations que fera la CSST :
·         Faire un rappel aux coordonnateurs des procédures et des responsabilités qu’ils ont en santé et sécurité face aux travailleurs
·         Créer une procédure d’enquête/analyse claire après un incident/accidents
·         S’assurer une bonne prise en charge des victimes d’agressions.

Nous savons que ces textes sont négatifs, mais nous avons qu’un pouvoir de recommandation et de suggestion face à l’employeur afin de faire changer les choses. Nous ne pouvons que dénoncer ces situations. Nous avons souvent adressé ces problèmes en CRT et en CPSST, mais nous n’avons que peu d’écoute et les situations ne changent que rarement. Nous devons faire en sorte que l’employeur se responsabilise en se dotant d’une procédure de prise en charge des victimes d’agressions car pour le moment il y a beaucoup d’improvisation et c’est la santé de nos travailleurs qui en subit les conséquences.
Sachez par contre que nous n’allons jamais cesser de défendre la santé et la sécurité des travailleurs, car c’est notre mandat et qu’à ce niveau, nous avons le pouvoir. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire