lundi 30 septembre 2013

CHANGEMENT: 
Assemblée générale le 11 octobre 2013

Nous voulons vous avertir qu’il y aura une assemblée générale, le vendredi le       11 octobre 2013. Nous avons changé la date car nous voulons être informé des futures coupures annoncées au CA le 10 octobre prochain. Les heures seront à 1 h 30, 2 h 15, pour les travailleurs de nuit; à 11 h, 12 h, 13 h pour les travailleurs de jour et à 16 h, 17 h et 18 h pour les travailleurs de soir. Un repas est disponible SEULEMENT SUR INSCRIPTION AVANT LE 1er OCTOBRE .

Voici l’ordre du jour provisoire :
1) Présences
2) Lecture et adoption de l’ordre du jour
3) Adoption du procès-verbal de l’assemblée générale annuelle du 11 mars 2013 et de l’assemblée spéciale du 26 juin 2013.
4) Élection au poste de vérificateur
5) Coupures
6) Stationnement
7) Bilan SST
8) Bilan GriefS
9) Rapport financier
10) Rapport des vérificateurs
11) Élections 2014
12) Destruction des bulletins de vote
13) Varia

Pour ce qui est de l’élection au poste de vérificateur, sachez que vous devez poser votre candidature avant le 11 octobre à 11 h maximum. S’il y a plusieurs candidats et donc élections, les travailleurs de nuit feront leurs votes les jours suivants.

Plusieurs sujets chauds seront traités, nous vous rappelons donc qu’il est très important d’être présent lors de l’assemblée. C’est un lieu où des informations sont données, des discussions sont faites, des décisions sont prises et des enlignements sont établis. Pour garder notre syndicat démocratique, nous vous encourageons à être présent.


Repas pour assemblée du 11 octobre

Comme vous le savez, nous procédons par inscription maintenant pour les repas lors des assemblées générales. Cela nous permet de réduire le coût et les pertes lors des assemblées.

Vous devriez avoir reçu une feuille d’inscription sur vos départements il y a deux semaines. Sinon, sachez qu’il y en a de disponible au local de l’exécutif syndical. Vous pouvez aussi vous inscrire par fax ou par courriel. Dépêchez-vous, la DATE LIMITE EST LE 1ER OCTOBRE 2013.


Inscription au : fkociper@scfp2960.co
   fax : 514-648-6905
ou courrier interne


Suivi au niveau des dérogations de la CSST

Comme nous vous l’avons mentionné lors du dernier hebdo syndical, la CSST a émis 6 dérogations à l’employeur dans le cadre du suivi de la prise d’otage. Nous avons appris récemment qu’une de ces dérogations (la dérogation 5) n’est pas encore bien comprise et bien appliquée par l’ensemble des travailleurs de Pinel.
Nous vous rappelons la recommandation :

« L’employeur n’informe pas adéquatement les médecins et les coordonnateurs sur la gestion sécuritaire des entrevues; il y a un risque de prise d’otage par un patient. »

Il semblerait que certains employés demandent à rencontrer des patients durant les périodes où les intervenants sont au minimum pour assurer le fonctionnement de l’unité. Il est bien entendu préférable de rencontrer les patients lorsque l’équipe est entièrement présente sur l’unité.

De plus, il est fréquent que ces rencontres s’effectuent du côté « bureau », soit de l’autre côté de la porte patient. Si une telle rencontre à lieu, il faut comprendre que l’employé se met à risque et que les intervenants sur le plancher ne peuvent assurer leur sécurité. Nous vous invitons à le souligner aux personnes concernées. De plus, si cette situation est récurrente, nous vous conseillons d’en aviser votre supérieur immédiat ainsi que le syndicat et ce, le plus rapidement possible.

Il faut aussi se rappeler que c’est exactement ce type de rencontre qui a mené, il y a de cela 2 ans, à la prise d’otage. Bien que des employés persistent à réclamer ces rencontres dans le secteur bureau et bien qu’ils prétendent gérer la dimension sécuritaire, il faut se rappeler que ce n’est pas le cas. La prise d’otage en est un exemple éloquent. Il est important se rappeler que lors de cet événement, 2 autres employés ont été livrés à l’assaillant. Il s’agit donc de la sécurité de tous. Finalement, cette mise en garde s’adresse aux psychiatres, aux stagiaires, aux professionnels, aux différents cadres, au commissaire aux plaintes et aux autres intervenants qui insistent pour pratiquer ces rencontres non-sécuritaires.


Des nouvelles de la CSST

C’est maintenant un incontournable de notre hebdo syndical, soit de vous donner des nouvelles de la CSST. Est-ce que cela est normal de faire appel à la CSST si souvent? Je vous laisse vous faire votre propre opinion là-dessus.

Du côté de l’exécutif, il était essentiel pour l’équipe de soulever la problématique en lien avec les coupures électriques de la dernière semaine à la CSST. Considérant que la procédure en vigueur n’a pas été respectée et ce, malgré une planification des coupures, il était évident qu’on ne pouvait passer cela sous silence. Il est difficile en effet d’appliquer une procédure lorsque les intervenants responsables nous empêchent de le faire, ce qui a été le cas lors de cette soirée. Encore faut-il que cette procédure soit accessible aux intervenants sur le plancher, ce qui n’était pas le cas sur toutes les unités. En effet, le cartable des procédures était parfois hors de la console, ce qui est inacceptable puisque qu’il doit impérativement se trouver à portée de main des intervenants. Depuis, l’employeur s’est activé. Il y a eu une distribution de lampes de poche sur l’ensemble des unités et de l’enseignement a été fait au niveau de la procédure. Il reste cependant des questions. Pourquoi une coupure électrique planifiée en soirée alors qu’il aurait été moins dangereux de la faire en journée? Est-ce qu’on peut s’attendre à une réelle coordination dans la mise en place et dans l’application des procédures? Pouvons-nous assurer que la sécurité des travailleurs pèse dans la balance lors de la planification d’une telle action de la part de l’employeur? À suivre.

Dans le dossier des gants pour les agents d’intervention, car oui nous devons encore parler des gants puisque la situation n’est pas réglée, l’employeur s’entête à ne pas écouter ses employés. Même s’il y a un nombre supérieur d’AGI privilégiant l’utilisation des gants de type «Spectra» (noirs) pour les fouilles et une position modérée de l’ASSTSAS sur le sujet, l’employeur poursuit son désir d’imposer les gants de type «Dyneema» (blancs). J’ai présentement les gants devant moi et je peux vous assurer que le gant noir offre une protection complète de la main, ce qui est essentiel lors d’une fouille, alors que le gant blanc offre une protection partielle, soit de la paume seulement, ce qui est inacceptable. Nous continuons de chercher le moyen le plus efficace pour faire comprendre à l’employeur qu’il serait gagnant d’écouter ses travailleurs. Mais face à un entêtement aussi féroce, le dialogue devra éventuellement céder sa place à l’action.


vendredi 13 septembre 2013

À quand le prochain affichage?

Suite à l’annonce des fermetures des unités H-2 et F-2, l’employeur avait suspendu les affichages en vertu de l’article 6 des dispositions locales. En cas de fermeture de service, la suspension des affichages peut être d’une durée maximale de 1 an.

Comme nous le savons maintenant, ces fermetures ont été annulées en juillet dernier. Donc les membres du SCFP-2960 attendaient un affichage en septembre pour tout poste étant vacant depuis plus de 90 jours. 

Par contre, nous avons été surpris d’apprendre que l’employeur n’envisageait pas de faire un affichage en septembre. Suite à notre demande, l’employeur dit qu’il évaluera quand sera le prochain affichage. S’il n’y a pas d’affichage en septembre, sachez qu’un grief sera déposé pour préserver le droit des travailleurs.

Toutefois, nous avons réussi à avoir une entente sur le poste d’infirmière clinicienne spécialisée en prévention et contrôle des infections (Johanne Proteau), poste nouvellement syndiqué. 

Le poste est donc présentement affiché et vous avez jusqu’au 19 septembre pour poser votre candidature en faisant parvenir une lettre de motivation et un curriculum vitae à jour avant le 19 septembre.

Pour connaitre l’exigence de ce poste, adressez-vous à la Direction des ressources humaines.


Retour sur les pannes de courant
Lors de la rencontre du CPSST, l’employeur nous a fait le suivi dans le dossier des pannes d’électricité sur les unités. Il semble la situation pourrait se reproduire, car le problème au niveau des génératrices n’a pas été trouvé.
L’employeur nous a informés qu’il allait faire un rappel au niveau des gestionnaires pour s’assurer que tous les travailleurs soient au courant de la procédure à suivre lors d’une telle situation. De plus, toutes les unité devraient recevoir la aujourd’hui es clés qui ouvrent les portes sécuritaire pour que les employés puissent se retirer à la console.
De plus, l’employeur nous a affirmé que les supérieurs immédiats allaient s’assurer de la compréhension des travailleurs, donc ne vous gêner pas pour poser des questions en cas de doute.


Le dernier rapport de la CSST

Nous avons reçu récemment le dernier rapport d’intervention de la CSST dans le dossier de la prise d’otage. Encore la prise d’otage…

Vous savez tous maintenant (nous l’espérons!) qu’il y a eu une prise d’otage le 29 avril 2011. Par contre, peut-être que vous ne savez pas que le suivi de ce dossier par la CSST est loin d’être terminé. Plusieurs mesures correctives prévues au plan d’action ne sont toujours pas accomplies.

À ce titre, la CSST se montre plus sévère face à l’employeur. Dans la conclusion du rapport, il est écrit : « Cependant, nous rappelons à l’employeur que les échéances des recommandations figurant dans le rapport d’enquête ont déjà été modifiées et prorogées. De ce fait, tout en étant conscient de la complexité de la tâche, nous rappelons qu’aucun retard ne sera dorénavant toléré et ce, non seulement en ce qui concerne le programme de formation mais pour toutes les recommandations du rapport d’enquête car, faut-il le rappeler, plus de 2 ans sont passés depuis la prise d’otage et que le but principal du rapport d’enquête est qu’un tel événement ne se reproduise pas. »

En conséquence, la CSST émet 6 dérogations à l’employeur avec un délai final qui expire soit le 20 et le 21 décembre 2013.

De plus, pour ceux qui voudraient lire le rapport d’intervention au complet, vous pouvez le faire sur le site sous l’onglet Jugement/Décisions. C’est le dernier rapport sous la rubrique prise d’otage D-2 (daté du 27 août 2013). Nous vous conseillons d’en prendre connaissance.


Nous vous tiendrons bien entendu au courant du déroulement dans ce dossier.
Poste de secrétaire générale

Dans le but d’assurer une relève syndicale dans ce poste important, nous vous lançons un appel à tous. Pour ceux qui seraient intéressés par le poste de secrétaire générale, nous vous invitons à nous le faire savoir. Une formation pourrait être offerte aux intéressés.

La tâche de ce poste étant complexe, nous voulons former de la relève à ce niveau. Nous voulons ainsi éviter que la prochaine personne à accéder à ce poste commence sans avoir eu de formation.

Pour ceux qui ne sont pas au courant des tâches du secrétaire général, il cumule celles de secrétaire archiviste et celles de trésorier. 

Voici un résumé des tâches au niveau du secrétariat :
Il (elle) a la charge de tous les livres, documents et effets de la section locale et du secrétariat en général; fait la correspondance qui incombe à sa charge; convoque les assemblées générales, celles du conseil exécutif et du conseil syndical; s’assure de la réservation des locaux nécessaires; s’occupe du procès-verbal des assemblées générales, du conseil exécutif et du conseil syndical. Il (elle) aura la responsabilité de la mise à jour des banques de données informatisées sur les membres du syndicat; assure la mise à jour des cartes de membres du syndicat; verra à l’utilisation adéquate du matériel informatique par les autres membres de l’exécutif ou du conseil syndical, etc.

Voici le résumé des tâches au niveau de la trésorerie :
Il (elle) a la garde des fonds, propriétés et valeurs de la section locale; doit déposer sans délai, l’argent ou les chèques appartenant au Syndicat; signe conjointement avec le (la) président (e) ou le (la) vice-président les effets bancaires. Il (elle) devra collecter et percevoir tout argent dû au Syndicat; doit tenir les livres comptables du Syndicat en conformité avec la formation dispensée à cet effet au SCFP; soumettre ses livres et archives à tous les six (6) mois au comité des syndics pour vérification; il (elle) doit à la fin de son mandat, après vérification par le comité de syndics, transmettre à son successeur tous les biens, valeurs, y compris les sommes d’argent, livres et archives appartenant à la section locale. Le (la) trésorier (ère) présentera chaque mois un rapport financier à la section locale; fera parvenir les capitations au trésorier (ère) national du Syndicat canadien, au plus tard le quinze de chaque mois, etc.

Nous attendons vos candidatures.


mardi 3 septembre 2013

Conseil syndical


Chère collègue nous voulons relancer le conseil syndical, mais cette fois-ci par titre d'emploi. Donc si vous êtes intéressé à faire partie du conseil syndical, veuillez communiquer avec nous au bureau #756 pour savoir comment devenir délégué. Une formation de délégué sera fournie au nouveau délégué.
Formation syndicale

Dans le but de former une relève, l’exécutif syndical a pris la décision de former les travailleurs syndiqués de Pinel qui ont un intérêt pour le syndicalisme.
Les travailleurs qui seraient intéressés à devenir délégué syndical seraient priorisés, mais la formation est offerte à tous.
La formation proposée et le cours Délégué syndical offert par le SCFP et donnée au bureau de SCFP-Québec.
Cette formation de base survole presque tous les sujets importants au sein d’un syndicat : procédures d’assemblée, rôle de l’exécutif, harcèlement au travail, grief, sous-traitance, droit parentaux, santé/sécurité au travail, régime de retraite, etc.

Pour ceux qui sont intéressés ou pour toute autre question, veuillez communiquer au bureau de l’exécutif syndical.
Rencontre de secteur
Commis surveillant d'unité

Ceci est pour vous informer qu'il aura une rencontre des commis surveillants d'unité le mercredi 18 septembre 2013 avec le conseiller du SCFP, M. Gilles Murphy, chargé du dossier des commis devant le Conseil du trésor.


La rencontre se fera durant l'heure des repas soit : 11 h, 12 h, 16 h et 17 h. Le repas sera fourni sur inscription seulement au fkociper@scfp2960.co   ou au bureau tel : #756
Formation retraite sur fin de semaine

Nous évaluons présentement la possibilité de tenir une formation retraite au cours de l’automne 2013. Nous avons quelques intéressés, mais il nous faut minimalement 10 travailleurs pour tenir une telle rencontre. Faites-nous savoir votre intérêt en communiquant au bureau syndical si vous voulez suivre cette formation.
Poste de vérificateur de syndics disponible

Suite au départ de Nicole Forget à la retraite, nous avons un poste de disponible au niveau des vérificateurs de syndics de l’exécutif syndical. Ce poste a un mandat restant de 2­½ ans. Veuillez communiquer à l’exécutif pour faire part de votre intérêt.
Gants de protection pour les fouilles


Comme plusieurs sont déjà au courant, nous avons demandé à l’employeur il y a près d’un an de fournir des gants de protection pour les fouilles effectuées par les AGI et les gardes, car nous considérions que les gants de latex utilisés n’étaient pas sécuritaires. Nous avons demandé par le comité du CPSST (comité paritaire en santé et sécurité au travail) que les gants de type Kevlar comme il y avait déjà eu dans le passé reviennent.

 À chaque rencontre que nous avions nous demandions au côté patronal s’il avait des gants à nous fournir et chaque fois la réponse était non et elle venait avec une raison du genre « on n’a pas eu le temps », « il y a ambigüité face aux gants au SCC on verra après la formation », « on n’a pas encore de modèle, car le SCC n’a pas encore été rencontré ». Le 1er mars lors d’une rencontre on nous a finalement dit qu’il ne pouvait fournir des gants de Spectra (fibre de verre plus résistante que le Kevlar) noirs, car c’était trop répressif. Évidemment, nous n’avons pas accepté ce prétexte et nous avons exigé des gants dans l’immédiat, car une plainte serait déposée à la CSST. C’est là que les gants de dyneema blanc sont apparus. Lors d’une rencontre avec la CSST ces derniers ont aussi mentionné à l’employeur que la couleur répressive ne serait pas un argument valable pour eux et qu’il fallait faire des tests sur les gants pour déterminer lesquels utiliser.

En mai, l’employeur maintient son choix de gants de dyneema malgré le fait que nous tentons de leur démontrer que les gants en Spectra noir étaient plus résistants. Le côté patronal nous dit qu’il va rencontrer les gens pour leur faire faire des tests.
Étant donné le refus de faire des tests paritaires, nous avons rencontré des AGI et des gardes pour qu’ils fassent des tests avec les gants et qu’ils nous disent avec quel gant ils préfèrent travailler en considérant la sécurité et la dextérité des gants. Résultat : sur 39 personnes, 34 ont choisi les gants faits de spectre (noirs), 1 les gants de dyneema (blancs) et 4 aucun des deux.

Le 11 juin, le côté patronal nous dit qu’il va de l’avant avec les gants de dyneema (blancs), car selon l’étude de Robert Fortin ces derniers sont plus sécuritaires et que les gens veulent les autres gants seulement à cause de la couleur. Malheureusement, M. Fortin n’est pas présent à cette rencontre pour nous expliquer son point de vue. Nous déposons donc l’étude que nous avons faite avec les signatures, mais le tout est rejeté du revers de la main. Lors de cette même rencontre Benoit Deschesnes, chef adjoint à la sécurité, nous a confirmé qu’en aucun temps il n’avait présenté les gants de Spectra aux gardes pour qu’ils puissent faire un choix éclairé et il ne faut pas oublier que nous avons dû intervenir auprès de la représentante SST pour que les gants de Spectra soient aussi présentés aux AGI car la première journée de leurs tests seulement les gants de Dyneema étaient présentés.

Nous voyant dans une impasse, lors d’une visite de la CSST le 7 août, nous avons rediscuté de la question des gants avec les inspecteurs. Nous leur avons fait part que nous étions rendus à faire une plainte étant donné la fermeture de l’employeur et leur refus à un réel paritarisme. Bien sûr, à ce moment l’employeur s’est montré ouvert à un travail paritaire donc une fois de plus nous avons eu un bon vouloir et nous avons accepté étant donné le changement de garde à la DSI/DP. Dans un premier temps, nous avons rencontré Carol Maltais, chef de la sécurité et Geneviève Lahaie, représentante SST de l’employeur, pour savoir d’où venaient les décisions du choix des gants. On nous a alors dit qu’il venait de la DSI/DP. Nous avons alors réitéré notre position à l’effet que les travailleurs avaient testé les gants et qu’une majorité avait choisi les gants de Spectra donc nous comme syndicat nous avions le mandat de travailler pour ce qu’eux jugent adéquat.

Hier, nous avons eu une rencontre paritaire avec un représentant de l’ASSTAS pour faire une simulation de fouille de chambre. Le but était que l’ASSTAS nous éclaire sur comment faire le choix des gants. Deux AGI se sont prêtés à l’exercice. Ce qui est ressorti de cet exercice est : 1 trouvait qu’il avait une meilleure sensation de toucher avec les gants Dyneema(blanc), mais qu’il se sentait plus en sécurité avec le gant de Spectra pour les fouilles à l’aveugle. L’autre personne était aussi divisée par rapport au touché, sur certains objets c’était préférable avec le Dyneema et sur d’autres c’était mieux le Spectra, mais pour lui aussi il préférait le Spectra pour les fouilles à l’aveugle. De retour avec l’employeur suite à la fouille, un échange s’est fait sur la perception de l’utilisation des gants. L’employeur demeurait sur sa position de gants de Dyneema à cause du toucher et de notre côté nous maintenions notre prétention des gants de Spectra à cause de l’analyse faite par les travailleurs quelques semaines plus tôt. Nous avons mentionné à l’employeur que nous ne pouvions laisser de côté l’avis de ces travailleurs malgré la fouille effectuée aujourd’hui. Nous lui avons aussi fait part qu’il n’y a pas juste lors des fouilles de chambre qu’il y a des gestes à l’aveugle. Pour le représentant de l’ASSTAS, faire des tests avec les travailleurs est le meilleur moyen de trouver quel gant répond mieux au travail des AGI/Gardes.


Donc, nous avons donné un ultimatum à l’employeur. Soit nous effectuons des tests paritaires avec plusieurs travailleurs dans différents contextes afin qu’on ait une vraie analyse de faite et que l’on puisse faire un choix en fonction de ces résultats ou soit que nous portions plainte à la CSST pour qu’eux tranchent enfin. La partie patronale devait amener le tout à la DSI/DP et nous revenir rapidement avec leur décision. Donc, à suivre  TRÈS bientôt!!!!! 
Les pannes de courant à Pinel étaient-elles réellement planifiées?

Mercredi dernier, soit le 28 août 2013, deux coupures au niveau de l’alimentation électrique étaient planifiées pour les unités, entre 20 h et 22 h. Ce qui devait être un exercice de routine s’est finalement terminé en problématique inquiétante. Les travailleurs se sont retrouvés sans électricité (les génératrices n’ont pas fonctionné) et donc, dans la noirceur complète. Heureusement, il n’y a eu aucun blessé à notre connaissance.

Il faut savoir qu’un mémo avait annoncé la coupure, et que certains cadres avaient bien expliqué le protocole à suivre durant la panne a tout leur personnel. Toutefois, nous devons déplorer le fait que certaines unités n’ont pas été informées, ce qui a considérablement augmenté la dangerosité de la situation, déjà très problématique.

En effet, la situation fut dangereuse à plusieurs égards. Il faut comprendre qu’il n’y avait plus de contrôle à partir de la console. La clé pour la porte patient était au CPU, donc plusieurs travailleurs ne pouvaient aller du côté sécuritaire. Ils étaient donc captifs dans le groupe avec des patients fébriles et anxieux. Il n’y avait aucune lumière de secours et la plupart des unités n’avaient qu’une lampe de poche. Des appels au coordonnateur se sont faits sans avoir de réponse, donc plusieurs ont jugé bon de placer les patients en chambre avec des goupilles. Bien que ce soit ce que le protocole prévoit, certains travailleurs se sont fait reprocher le fait de mettre les patients en chambre par le coordonnateur de soir, en invoquant l’article 8.

Nous vous rappelons que votre sécurité et celle des patients justifient entièrement le fait des mettre les patients dans leurs chambres, la porte barrée.


Nous sommes présentement à faire enquête sur le sujet et nous interviendrons auprès de l’employeur en temps et lieu. Si vous avez des commentaires ou des questions à ce sujet, nous vous prions de bien vouloir communiquer avec nous, au bureau de l’exécutif.